Jacobs révèle les ruses des Britanniques avant le départ, toutes inutiles : “Ils voulaient me faire peur”

Total
0
Shares

Marcell Jacobs raconte ce qu’ont fait les trois sprinteurs anglais qui étaient avec lui dans la finale du 100 mètres, juste avant le départ de la course monégasque.

Marcell Jacobs a montré à tous ceux qui sont aux commandes du 100 mètres alors qu’il n’y a pas de blessures pour l’arrêter comme cela s’était produit aux Championnats du monde à Eugene , où il a été contraint de déclarer forfait avant la demi-finale en raison d’un problème à son adducteur, laissant la place à les Américains. Cette fois, malgré une préparation peu optimale qui a servi la course contre la montre pour se remettre sur pied sans risque , le sprinteur de Desenzano a rétabli la loi du plus fort aux Championnats d’Europe d’athlétisme de Monaco , déchirant la compétition avec un temps de 9″95 .

Le champion olympique est de retour et a fait taire ceux qui étaient prêts à le stigmatiser comme un phénomène éphémère du sport mondial . Jacobs est vraiment un phénomène, mais tout le monde devra encore longtemps composer avec lui. ” Mais je n’avais pas de poids à enlever, je cours pour moi – explique-t-il à Repubblica -J’ai fait une course décente, venant d’une saison ouverte avec des moments difficiles, ce n’était pas facile de tout réparer et de remettre les pièces en place, après le Championnat du Monde où je n’ai couru qu’une manche et je me suis blessé. Mais en essayant de prioriser les choses importantes on s’y fait, même si je suis un peu en retrait. Parmi les Anglais, je craignais Hughes, qui en fait m’était proche, plus que Prescod. Le troisième Azu, je sais qui il est, mais je ne le connais pas. Je l’avoue : je pensais faire moins de 9″90, ça a freiné ma tension “.

Et de fait l’épreuve de la demi-finale, courue en 10” franc au freinage bien avant la ligne d’arrivée, nous avait fait penser à un Jacobs qui en finale aurait pu réaliser un bien meilleur temps, mais cette tension et aussi un léger durcissement dans le Le veau lui a fait “seul” remporter le titre européen, tout en laissant loin derrière les Anglais, par le passé peu généreux avec lui alors que des voix s’étaient élevées d’outre-Manche pour remettre en cause les résultats du champion d’Italie.

” Je n’ai toujours pas certains rythmes dans les jambes, puis il y a eu la légère contracture, un petit durcissement – explique le sprinteur né à El Paso – j’ai peu couru cette année donc j’ai du mal à maintenir une certaine intensité, moins de course et plus cette habitude te manque. En plus, je n’ai même pas encore complètement fait les premiers pas, disons que j’ai mis le pied dessus à la légère, histoire de le faire. Mais je suis content, même qu’il y avait un autre bleu avec moi, Chituru Ali, qui a payé son inexpérience en finale. J’ai senti la pression, encore moins lui, qui était à la première fois. L’ambiance dans la chambre d’appel était lourde “.

Et c’est ici que Jacobs raconte ce qui s’est passé avant l’appel aux starting-blocks, les astuces que les Britanniques ont tenté de mettre en place – qui étaient trois en finale – pour tenter de gagner la guerre psychologique avec le champion olympique . Rejeté avec pertes … ” Avant la course, les Britanniques ont essayé de me donner quelques épaules, afin de me faire peur. Mais à la fin, ils m’ont complimenté, Hughes est venu et a dit: j’ai beaucoup de respect pour vous. Je jamais eu de problèmes de crédibilité. Avec les autres sprinteurs, c’est la presse anglaise qui a douté de moi l’année dernière, pas les athlètes .”

Maintenant Jacobs est médaillé d’or aux JO et aux Championnats d’Europe, comme un certain Pietro Mennea avant lui : “Il n’y a pas de comparaison possible, chacun a son style et sa personnalité. Je suis heureux de venir après Mennea. La meilleure façon de compter est de laisser une trace, de stimuler ceux qui viendront après vous. Je voulais faire ça quand j’étais enfant, être quelqu’un qui pourrait s’en inspirer. J’ai moi-même des figures de référence : LeBron James, au basket, quelqu’un qui vient de nulle part, Lewis Hamilton qui a révolutionné la Formule 1, et Usain Bolt qui a changé l’athlétisme. Et les Championnats d’Europe ne sont pas finis, j’ai le relais, il faut défendre le titre de champions olympiques. Je n’étais pas là aux championnats du monde d’Eugene, c’était pénible de sortir sur batterie. Mais on est là pour se rattraper, même si rien n’est acquis, car il faut porter le témoignage jusqu’au bout “.

 

You May Also Like