L’histoire de la Formule E : comment tout a commencé

Total
0
Shares

L’idée de la formule E est née sur une serviette de table au cours d’un repas du soir et, ces dernières années, elle est passée d’une expérience courageuse à un élément important de la scène du sport automobile. Depuis 2014, les pilotes et leurs équipes s’affrontent au volant de leurs voitures électriques dans les grandes villes du monde. Avant la première course à Pékin, personne ne pouvait toutefois se douter de ce qu’allait devenir ce sport. En mettant systématiquement l’accent sur l’e-mobilité, la Formule E est aujourd’hui peut-être la série de sport automobile la plus importante au monde et certainement la plus innovante. Le nombre croissant de fans et l’implication grandissante des constructeurs automobiles les plus renommés en sont la preuve.

Le courage d’innover

Alejandro Agag, le PDG de la Formule E, a été convaincu dès le début par la combinaison du sport automobile et de la durabilité. Mais lui aussi a dû se battre contre le scepticisme et les voix critiques. Il a fait ses premiers pas d’entrepreneur dans le monde du sport automobile en Formule 1, domaine dans lequel, aujourd’hui encore, de nombreux partisans considèrent avec méfiance une série de courses entièrement électroniques. Agag ne s’est pas laissé décourager. “En tant que père de famille, je voulais apporter ma contribution à la préservation de notre monde pour la prochaine génération”, explique-t-il. “À la lumière du changement climatique, la Formule 1 ne semblait plus adaptée à l’époque dans laquelle nous vivons. L’e-mobilité, par contre, c’est l’avenir. En fin de compte, je devais simplement mettre en pratique ce en quoi j’avais toujours cru.” Il a trouvé des compagnons d’armes importants pour son projet en la personne de son ami Alberto Longo, cofondateur et actuel directeur du championnat de Formule E, de Jean Todt, président de la FIA, et du pilote de course Lucas di Grassi.

Tout a commencé par une vision

Cela a marqué la première étape d’une grande histoire à succès. “Nous n’avions rien au départ – pas d’équipes, pas de pilotes, pas de voitures, pas de circuits de course”, explique Alberto Longo. “Mais nous avions une vision : les courses avec les voitures électriques devaient se dérouler au milieu des villes, à l’endroit même où les gens vivent. Et elles devaient être amusantes !”

Julius Baer – un partenaire de la première heure

Agag a trouvé le sponsor le plus important pour son entreprise en la personne de Julius Baer. “En tant que banque privée de premier plan, nous avons un grand intérêt pour les investissements durables qui ont un impact positif sur notre avenir”, explique Gian Rossi, responsable Suisse chez Julius Baer. “Nous avons reconnu le potentiel et avons soutenu la Formule E dès le début”. Ce faisant, Julius Baer a permis à la série innovante de sport automobile de s’établir. “Julius Baer est le sponsor le plus important que la Formule E ait jamais eu”, confirme le champion du monde de l’année dernière, Lucas di Grassi.

Beaucoup de choses se sont passées depuis 2014 – la Formule E est accueillie par les grandes villes du monde et suscite l’enthousiasme des gens pour l’e-mobilité. Le 10 juin, les voitures électriques traverseront Zurich pour la première fois et donneront ainsi l’exemple de la durabilité et de l’avenir en Suisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *