Règles de la Formule E

Total
0
Shares
Lancé en septembre 2014 par Formula E Holdings et la FIA, le championnat de Formule E de la FIA a pour objectif premier de promouvoir l’utilisation de véhicules à zéro émission dans les centres-villes en organisant des courses – appelées “e-prix” – qui se déroulent pour la plupart autour de circuits de rue temporaires. Pékin, Hong Kong, Buenos Aires, Montréal, Paris, Rome, Berlin, New York et Miami sont parmi les grandes villes qui ont déjà accueilli la série.

Un format intense

La saison 5 du championnat de Formule E de la FIA a connu plusieurs nouveautés, notamment au niveau des voitures de course : GEN2.

Depuis, il n’est plus nécessaire d’avoir deux voitures pour couvrir un E-Prix suite à l’introduction de monoplaces de nouvelle génération plus puissantes et offrant une plus grande autonomie.

Bien que le format des essais libres n’ait pas changé (deux séances de 45 minutes et une séance de 30 minutes), le processus de qualification a été légèrement modifié : les pilotes sont répartis en quatre groupes en fonction de leur position au championnat et les six plus rapides participent à la Super Pole.

La durée de toutes les courses est désormais de 45 minutes plus un tour.
Dans le championnat de Formule E, les monoplaces ont le même châssis et la même batterie SPARK. Cependant, le constructeur dispose d’une marge de manœuvre concernant le développement du GMP électrique. Les véhicules démarrant avec la même quantité d’énergie dans la batterie, le GMP est essentiel car il permet de maximiser l’utilisation de l’énergie en réduisant les pertes.

Un public impliqué

Les voitures elles-mêmes délivrent une puissance de 250kW (338cv) lors des essais libres et des qualifications. Pendant les courses, les pilotes doivent utiliser deux modes différents, à savoir le mode “normal” (plafonné à 200 kW) et le mode “attaque” (235 kW). Ce dernier doit être activé lors du passage de zones spécifiques, dont le nombre et la longueur dépendent de la configuration de chaque circuit. La récupération maximale d’énergie s’élève désormais à 250kW. Le système FanBoost permet à cinq pilotes choisis par le public via internet de bénéficier d’une seule augmentation temporaire de puissance jusqu’à 250kW pendant 5 secondes et uniquement pendant la première moitié de la course.

Enfin, le système de points est inchangé, avec 25 points attribués au vainqueur, 18 points pour la deuxième place, 15 points pour la troisième place, puis 12, 10, 8, 6, 4, 2 et 1 points pour les autres pilotes du top 10. Le pilote partant en tête (pole position Julius Baer) se voit attribuer trois points supplémentaires, tandis que le pilote ayant réalisé le meilleur tour en qualification obtient un point supplémentaire. Pendant la course, le pilote qui réalise le tour le plus rapide reçoit également un point supplémentaire. Cependant, le pilote doit terminer dans les 10 premières places pour obtenir le point supplémentaire du tour le plus rapide. Si ce n’est pas le cas, c’est le pilote du top 10 ayant réalisé le tour le plus rapide suivant qui remporte l’honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like