Coupe d’Italie : au bout du suspense, Naples arrache le trophée à la Juventus

Victorieuse à quatre reprises de la Coupe d’Italie lors des cinq dernières saisons, la Juventus Turin a échoué mercredi à remporter une nouvelle fois la compétition, en s’inclinant aux tirs aux buts, en finale, face à Naples (0-0, 4-2 tab).

Au lendemain du sacre du Bayern Munich en Bundesliga, le football reprend son rythme de croisière en Europe. Mercredi 17 juin, le Napoli a remporté la Coupe d’Italie en s’imposant face à la Juventus Turin en finale (0-0, 4-2 tab), à quelques jours de la reprise du championnat, dans lequel le leadership de la Juve demeure fragile.

Il s’agit du sixième titre de Naples dans la compétition, obtenu au terme d’une rencontre manquant de saveur et jouée à huis clos en raison des mesures sanitaires mises en place pour lutter contre la pandémie due au coronavirus.

En première période, le jeu a souvent été heurté, les joueurs des deux équipes commettant plus de fautes qu’ils ne se créaient d’occasions.

La première véritable opportunité de but est intervenue au bout de 24 minutes et a été l’oeuvre du Napoli. Sur un coup franc à 25 mètres de la cage de Gianluigi Buffon, légèrement excentré, Lorenzo Insigne trouva le poteau gauche de l’éternel gardien italien (42 ans).

Le rythme s’est révélé lent jusqu’à un emballement en fin de première période.

Turinois, d’abord, avec un contre express au terme duquel Paulo Dybala a manqué de peu de trouver Cristiano Ronaldo dans la profondeur (39e).

Napolitain, ensuite, par Diego Demme, qui s’est frayé un chemin jusqu’aux 6 mètres (41e), puis Lorenzo Insigne, à l’entrée de la surface (42e), qui ont buté tour à tour sur la main ferme de Buffon.

Malgré ces quelques minutes de haute intensité, les deux équipes ont rejoint les vestiaires sur un score nul et vierge.

Tirs aux buts presque logiques

La deuxième période a été, comme la première, pauvre en occasions. Longtemps, les deux équipes sont restées inoffensives. Jusqu’à la 92e minute, lorsque le Napoli a failli ouvrir la marque sur corner. Une tête de Maksimovic arrêtée par Buffon, d’abord, puis une frappe d’Eljif Elmas finissant sa course sur le montant.

Pas de buts, mais des tirs aux buts, donc, sans détour par des prolongations. Des ratés de Dybala et Danilo côté Juve, un sans-faute pour les Napolitains, et ces derniers remportaient le trophée.

Au-delà du score, le niveau de jeu affiché par la Juve, leader de Serie A après 26 journées, inquiète, alors que les Turinois, avec 63 points, sont sérieusement concurrencés cette saison par la Lazio (62 pts), et alors que le championnat reprend ce week-end après trois mois d’interruption en raison de la crise sanitaire.

Que ce soit en défense, où la charnière Bonucci-De Ligt a plusieurs fois montré des failles, ou en attaque, où ni Paulo Dybala ni Cristiano Ronaldo n’ont été à la hauteur de l’événement, la Vieille dame a déçu, tout comme il y a une semaine lors de la demi-finale retour contre Milan (0-0, 1-1 à l’aller).

A l’inverse, Naples a crânement joué sa chance dans une rencontre qui lui permet de donner un peu de relief à sa saison. Sixièmes du championnat, les Napolitains ont peu de chances de se qualifier pour la Ligue des champions, 9 points devant eux.

Les joueurs de Gennaro Gattuso repartent donc avec le sourire, ceux de Maurizio Sarri, ex-coach de Naples, avec la grimace. Le foot, lui, est bien reparti en Italie, et continue dès ce week-end avec la reprise de la Serie A.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *